PREMIÈRE EDITION DU JOURNAL DE L’INTÉGRATION : 2 Aout 2013

Téléspectateurs, téléspectatrices, auditeurs, auditrices, Bonjour et bienvenu à la première édition du  journal de la radio audio-visuel de l’intégration émettant depuis le réfectoire de l’OCDI sur la 05 FM, moi c’est votre dévoué ami Pascal SAGADOU en collaboration avec mon équipe de rédaction Mlle Natacha BAMOGO et notre stagiaire Eric.

Mesdames et Messieurs, cela fait trois ans, mois pour mois, jour pour jour, heure pour heure, minute pour minute, seconde pour seconde, qu’a été lancé le journal, notre journal, appelé Journal de l’Intégration. Depuis sa création il s’est donné pour but ultime de faire rire. En trois ans, il a conquis et séduis beaucoup de cœurs. Il voudrait continuer cette mission de divertissement au cours de ce présent voyage en analysant de travers et en travers  tous les évènements que vivront les voyageurs et voyageuses. L’humour, chers amis, est un langage mais aussi un moyen d’expression. Il est porteur de messages. Il joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la personne, il libère les tensions et préserve notre santé. Comme le dit bien Romain Gary « L’humour est une affirmation de la dignité, une déclaration de la supériorité de l’homme sur ce qui lui arrive ». Alors ne vous inquiétez pas, personnes n’échappe à l’œil vigilant du journal de l’intégration.

Mesdames et messieurs, les titres :

  1. Rétrospectives mali 2011 et Cote d’Ivoire 2012
  2. Voyage d’intégration 5ème édition : enfin une réalité
  3. Eric, Pascal, Jacob, Jacqueline, Dorcas : Des prénoms qui ont bien de choses en commun
  4. Les ennemis de la liberté de presse
  5. Présentation des participants : ce que les uns et les autres aiment
  6. Vendredi Saint en Aout ! Ah bon ????
  7. Mise en place des commissions : des inquiétudes pour la commission restauration

 Rétrospectives mali 2011 et Cote d’Ivoire 2012

Albert Tévoèdjre s'entretenant avec les jeunes

Albert Tévoèdjre s’entretenant avec les jeunes

J’ai souvenance de mali 2011

J’ai souvenance des tracasseries policières maliennes mais j’ai aussi souvenance de l’hospitalité légendaire des malien

J’ai souvenance du gout des 5 moutons gros et gras du conseil de la jeunesse mais j’ai aussi souvenance des jeunes dynamiques de kalamankoura

J’ai souvenance de l’excessivité des valises de certains voyageurs mais j’ai aussi souvenance de notre guide Konaté le présentateur de Mme Aminata

J’ai souvenance des inondations première et deuxième saison dans la chambre des filles mais j’ai aussi souvenance des moustiques xénophobes du Pélicans

J’ai souvenance des 100 km parcourus dans la nuit à la recherche de la bière dans les rues de Niamana mais j’ai aussi souvenance des gros moustiques qui nous y ont chassés

J’ai souvenance du parfum sensationnel qui nous a accueillis à l’entrée de Bamako mais j’ai aussi souvenance de l’eau qui ne coule pas

J’ai souvenance du couple présidentiel Maruis Kontoum et Adom Ako Reine mais je me souviens aussi de leur conseiller Nicolas Guerin.

J’ai souvenance de Chantal la blanchisseuse mais j’ai aussi souvenance de Olivia dite Rfi, France 24, CNN.

J’ai souvenance de notre mannequin Sylvie, de nos grands danseurs Éric, Maï, Sistavi mais j’ai aussi souvenance de mon ami Kevin, Kevin….

J’ai souvenance de la naissance du couple Pascal-Elisabeth, de leur romance et de leur poésie sensationnelle

 Mesdames et messieurs j’ai aussi souvenance de Cote d’Ivoire 2012

J’ai souvenance de l’hôtel le président, des douaniers, de femme claire, d’une journée d’attente et d’un fou qui passait par là

Devant la Basilique Notre Dame de la paix

Devant la Basilique Notre Dame de la paix

J’ai souvenance du collectif des tronçonneuses mais aussi des routes particulières d’Abidjan

J’ai souvenance des tremblements de terre à Zikou et des confusions temporelle de Madame NEKERE

J’ai souvenance de l’homme au téléphone portable bloc note mais aussi des collectionneurs de têtes de poissons avec son Président le Général en voie de devenir Marechal

J’ai un souvenir encore très précis des couples Sylvie-sylvain, Pascal-Elisabeth, Honorine-Frédéric, Chantal-Eric, Jacob-Adélaïde, Ambroise-Rachel, Lucie-Gabriel, Bruno-Iris,

Je n’ai pas oublié Eric le Narcissique ni Christophe le roi de la sape encore moins Carine ministre de ceux qui n’ont rien fait.

J’ai aussi souvenance de 98, 99, 100sationnel

Je n’ai pas oublié ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh yes !!!!!!!

 Adieu ses beaux vieux jours, bonjour cette nouvelle aventure qui commence.

Mesdames et Messieurs, moins un on n’allait pas se voir du tout cette année. Le voyage a été suspendu, ensuite on a suspendu la suspension du voyage ce qui nous permet d’être là. Le journal par ma voix dit merci à tous ceux qui oser pousser les choses pour que cette édition soit une réalité. Mais en réalité vous n’aviez pas à vous en faire, même si le voyage n’avait pas lieu, vous auriez reçu chaque jour votre dose d’humour.

 Eric, Pascal, Jacob, Jacqueline, Dorcas : Des prénoms qui ont bien de choses en commun

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Cette citation s’exprime de manière forte au début de ce voyage. Y’en a même qui ont l’intention de se désinscrire parce que leur bien aimé est absent : Eric à cause de l’absence de Chantal, Pascal à cause de l’absence de sa dulcinée Elisa, Jacob à cause de Adé, Jacqueline à cause de Bruno ou je ne sais qui, Dorcas à cause de Arsène.

Les ennemis de la liberté de presse

La liberté de la presse tant promue partout dans le monde semble rencontrer quelques problèmes au sein de notre groupe. Cécile, qu’est-ce qu’on t’a fait et tu nous traumatise comme ça en particulier Natacha ? Stp faut faire pardon pour qu’on n découvre pas tous les infiltrés du journal. Leur travail est très précieux pour la rédaction…..

 Présentation des participants

J’aime le basketball, moi aussi j’aime le basket, phénomène de mode ou réalité ? De toutes les façons cette présentation nous a permis de savoir que Mickael Jordan a beaucoup de partisans parmi nous. Quant à la plupart des participants, ils aiment tout. On peut supposer qu’ils aiment le poulet, la dinde, l’âne, le chien, et que sais-je encore.

Au cours de cette présentation un appel à candidature a été lancé par M. SEROU pour avoir la main de ses charmantes filles. Les dossiers sont recevables du 3 au 10 Aout auprès de la rédaction du journal.

Vendredi Saint en Aout ! Ah bon ????

On nous avait promis que ce n’était pas loin, on nous avait dit que c’était juste à côté, DJaaaaaaaaaaa !!! C’était vraiment loin. On a marché, remarché. C’était vraiment digne d’un chemin de croix. Au moins Monsieur SAGADOU Pascal lui il n’a pas à se plaindre car cette marche lui a permis de rencontrer sa belle-mère en route.

 Mise en place des commissions : des inquiétudes pour la commission restauration

Restons cool, les amis

A votre santé !

D’aucun sont sérieusement inquiets puisque les frustrations ne cessent de faire leur chemin quant au choix qui a porté Jacob à la tête de la commission restauration. Pourra-t-on manger à notre faim ? Cette question porte sérieusement à confusion mais nous espérons très pieusement que le concerné fera preuve d’empathie et aura en esprit le tort incommensurablement aigu que pourrait causer son manque de modération vis-à-vis de la bouffe. Tant pis pour nous s’il nous dit qu’il n’en a rien à faire. De toute les façons ne jugeons pas trop vite, attendons voire.

 Mesdames et Messieurs c’est tout pour cette première édition, d’ici là prenez soin de vous car chaque jour est une vie et travaillons à la beauté des choses

Publié dans Edition 2013-Togo | Laisser un commentaire

Fin de la cinquième édition

en route La cinquième édition du voyage d’intégration s’est achevée le mardi 13 aout avec le départ de Lomé, de la cinquantaine de participants. Burkinabè, togolais, camerounais, béninois… ont tous quitté de bon matin, le quartier Bè Kpota de Lomé, pour diverses destinations. Le Père Jean-Paul, toujours prévoyant, n’avait pas manqué d’apporter un bocal à la gare de la compagnie TCV (Transport Confort IMG_2206Voyage) ; c’est du moins, ce qu’il avait prévu, pour recueillir les larmes de séparations. Mais un baril n’aurait pas suffi pour les contenir. Il y en avait abondamment, signe qu’en moins de deux
semaines, de solides amitiés s’étaient nouées. Faut-il conclure que la cinquième édition a atteint son objectif ? Pour de nombreux participants, la question ne se pose pas.

 

 

Carlos KOFFETO

Carlos KOFFETO

« J’ai vécu un voyage qui m’a permis de rencontrer des jeunes de diverses confessions religieuses, de divers pays, pour échanger avec eux… j’ai pu rencontrer de nouveaux amis, m’instruire sur la citoyenneté, découvrir des villes historiques du Togo comme Togoville… J’ai aussi admiré les accompagnateurs, surtout le Père Jean-Paul qui a su comment gérer et animer le groupe des jeunes malgré leurs caprices »

(Carlos KOFFETO, participant togolais)

 

« J’ai appris beaucoup de choses,

Jeanne SAMA

Jeanne SAMA

très instructives pour la jeunesse africaine. Le simple fait d’avoir appris à vivre ensemble a été très significatif pour moi » (Jeanne SAMA, togolaise)

 

Apprendre à sortir de chez soi et à vivre en groupe,  a effectivement été un grand défi, car les logements n’ont pas toujours été satisfaisants. Dans le quartier Bè Kpota par exemple, les jeunes ont logé dans une villa de moins d’une dizaine de places. Dans cette contiguïté, il fallait absolument apprendre à dormir sans confort, à faire urgemment sa toilette, à respecter le sommeil des autres…, en un mot, il fallait apprendre à vivre en groupe, avec toutes les diversités possibles, et cela a été un succès total ; ce qui a surtout consolidé les liens amicaux, à tel point que le temps parut très bref !

 

Gertrude PIME

Gertrude PIME

« Le temps a vraiment manqué pour profiter largement de cette ambiance amicale, pour assimiler les thèmes très instructifs que nous avons eus en conférence, mais j’ai vraiment aimé ce voyage. J’ai beaucoup aimé l’organisation, dans le sens où tout a été fait en général pour, et par les jeunes à qui l’on n’a presque jamais rien imposé. » Gertrude PIME, burkinabè.

 

Cette liberté que beaucoup ont partagée, a aussi été un défi, car il n’a pas toujours été facile de laisser les jeunes s’organiser par
eux-mêmes, avec l’appui des animateurs.

 

Jérémie SIX

Jérémie SIX

C’était une aventure extraordinaire à faire absolument, quelque chose de très enrichissant pour les participants, avec les débats, les conférences et bien d’autres activités. Seulement l’organisation a quelque peu souffert, et cela m’a un peu perturbé. Toutes les actions n’étaient pas toujours coordonnées. Partant du principe que c’est un
voyage fait pour et par les jeunes, la place hiérarchique des accompagnateurs par rapport aux jeunes,
a quelquefois été confuse. Peut-être, c’est une manière de faire, mais c’est ce que j’ai un peu
regretté. J’admire beaucoup le Père Jean-Paul pour son œuvre qui sera très bénéfique pour la région et pour l’Afrique. Il y met du cœur, et y invite tous les participants. J’invite les jeunes africains à expérimenter ce Réseau car ça fait vraiment du bien.
(Jérémie SIX, français)

Barthélémy Sam Alitagba

Barthélémy Sam Alitagba

J’ai beaucoup aimé cette édition. C’est vrai qu’elle a été un peu difficilement préparée, nous le savons, mais en même temps, je pense qu’elle fait partie des meilleures ! (Barthélémy Sam Alitagba, togolais)

 

 

 

 

Médard

Médard

Le voyage était très bon ; j’ai adoré, et je compte y participer chaque année ; je suis sûr d’avoir encore cette opportunité. (Médard TCHONDA, togolais)

En se quittant, les jeunes ont exprimé leur désir d’institutionnaliser le Réseau. Ainsi, un projet de charte, de statuts, et d’un règlement intérieur a été établi et approuvé par tous. Des démarches administratives suivront pour un meilleur avenir de ce Réseau.

 

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Cinquième édition du voyage d’intégration, pour une jeunesse citoyenne !

DSC01035Le Réseau des Jeunes pour l’Intégration Africaine (RJIA) n’est plus à présenter ; c’est pour la cinquième fois que ces jeunes prennent la route d’un pays ouest africain, pour vivre le voyage d’Intégration Africaine, une sortie aux objectifs multiples : culture, divertissement, amitié. Cette année, ils ont choisi le Togo comme pays hôte de cette excursion qui rassemble une cinquantaine de jeunes français, béninois, camerounais, burkinabè et togolais. Ils se rencontreront du 1er au 13 août 2013, dans les grandes villes togolaises, pour échanger sur  le thème de « Citoyenneté et intégration africaine » et pour découvrir les réalités du milieu.

Père Jean-Paul SAGADOU

Père Jean-Paul SAGADOU

Selon, le père Jean-Paul SAGADOU, initiateur du voyage d’intégration, « notre idée est qu’un certain nombre de conflits en Afrique sont instrumentalisés par le versant de la religion et souvent nous pensons que c’est fondé sur une méconnaissance mutuelle de nos religions. On essaie de mettre l’accent sur cette dimension, sachant que les encadreurs sont un groupe composé de catholiques, musulmans, protestants. Depuis 2009, il y a toujours un pasteur, un prêtre, et un El Hadj. »

La première étape du voyage s’est déroulée à Sokodé, une ville fortement islamisée. Les jeunes y ont vécu d’intenses activités dont…

…Une conférence le lundi 5 août avec Mme BOYODE/NOMBRE Marie-Thérèse, sur le thème des « Valeurs de la tradition africaine et formation de la jeunesse à la citoyenneté ».

Mme BOYODE

Mme BOYODE

Mme BOYODE est parajusriste, responsable de la Commission Justice et Paix du diocèse de Sokodé, et membre de la commission santé de l’Organisation pour la Charité et le Développement Intégral (OCDI). Dans son entretien, elle a présenté la religion comme un moyen d’intégration des peuples africains. Elle a aussi insisté sur la nécessité d’une éducation citoyenne des jeunes dans une Afrique moderne où la jeunesse est victime d’une civilisation  libertine et doit par conséquent prendre ses responsabilités pour participer à sa propre éducation.

Père Jean Raphael, curé de la paroisse Notre Dame de l'Assomption

Père Jean Raphael, curé de la paroisse Notre Dame de l’Assomption

…Une messe le samedi soir à l’église Notre Dame de l’Assomption, où le curé, le père Jean Raphaël RAZANADAHY, a chaleureusement accueilli les jeunes, et leur a prêté une voiture et une moto pour leurs courses.

…Le dimanche 4 août, une célébration cultuelle à l’Église Évangélique Presbytérienne du Togo. Là, le Pasteur Sylvain PITAGNALI qui est un accompagnateur habituel des jeunes de l’Intégration, a mobilisé les fidèles de sa paroisse pour les accueillir, et prier avec et pour eux.

Centre Culturel Saint Augustin

Centre Culturel Saint Augustin

…Une soirée culturelle au CCSA (Centre Culturel Saint Augustin), avec un défilé de mode, danses et chants, astuces…

…Le lundi 5 août, une conférence interreligieuse au CCSA, rassemblant des panelistes venus des principales religions présentes dans la ville de Sokodé, pour un thème qui a mobilisé de nombreux participants venus se joindre aux jeunes :Conférence-débat-culture au CCSA (12)

« En quoi notre confession religieuse contribue-t-elle à la construction de la citoyenneté ? »

Les  conférenciers, – Pasteur Kekeli DAKOU représentant de l’Église Évangélique Presbytérienne du Togo, Mgr Ambroise DJOLIBA évêque de Sokodé, représentant de l’Église Catholique, El Kamati Touré, imam de la mosquée centrale de Sokodé, et El Hadj Bako – ont partagé des actions et des idées de leurs communautés participant à la vie du pays, à la citoyenneté, dans leur vie de foi.

L’étape de Sokodé, ville la plus islamisée du Togo, a donc été très riche en activités interreligieuses avec des rencontres et des conférences édifiantes. La plupart des jeunes découvraient ce voyage pour la première fois, mais des liens amicaux ont été vite établis dès le début. Pour le père Jean Paul, « c’est un manque quand un jeune n’a jamais quitté son pays ; les jeunes voyagent beaucoup mais en étant sur place grâce aux technologies de l’information et de la communication. »

A la plage de Lomé

A la plage de Lomé

Pour les jeunes qui participent aux voyages d’intégration, c’est toujours une occasion de faire de nouvelles connaissances, de sortir de chez soi, et de rencontrer d’autres pays, cultures et

Sport extrême

Sport extrême

religions pour se former humainement et spirituellement. En un mot, le voyage du Togo, un peu comme les précédents, visera  trois réalités principales : divertissement, formation citoyenne (conférences, débats), et interaction entre jeunes de divers pays, diverses cultures, diverses religion.

Les jeunes ne manquent pas de le dire :

Solange

Solange

« ce qui m’attire le plus, c’est la vie avec des gens de son milieu et d’ailleurs, la communication, l’ouverture, l’amitié, le vivre-ensemble » ALI Solange, participante du Togo

 

Jacob TCHONA_Togo

Jacob TCHONA_Togo

Le mot « Intégration » à lui seul suffit pour que ce voyage me séduise davantage. TCHONDA Jacob, participant du Togo

 

J’aime la gentillesse des participants,

Yasmine

Yasmine

connaître de bonnes choses à partir des échanges, tisser des relations amicales avec des filles et des garçons, l’ambiance et bien d’autres choses… MAKO Yasmine, participante du Togo

 

Dans ce voyage, ce qui m’attire c’est le fait de pouvoir sortir de sa coquille spirituelle, sociale et mentale. Nous avons quelquefois des clichés, et ces voyages nous en débarrassent en nous emmenant à voir les choses autrement. Nous découvrons des cultures, des pays, nous agrandissons notre cercle d’amis… Si une telle chose n’existait pas, il fallait la créer. Chapeau à l’initiateur. Nous prions pour un meilleur avenir de ce Réseau.

Véronique

Véronique

Ce qui m’attire dans ce voyage, c’est la rencontre des jeunes de divers pays et les relations fraternelles que nous tissons. Il y a des débats et des conférences magnifiques dont les jeunes ont vraiment besoin, et ils s’y intéressent… on découvre des pays de l’UEMOA, et à moindre frais. EGBOU Véronique, participante du Togo

Il faut effectivement signaler que ces voyages d’intégration sont soutenus en grande partie par différentes organisations sous régionales, le ministère de la jeunesse des divers pays, des bienfaiteurs divers, la congrégation des religieux assomptionnistes, des amis du Père Jean Paul Sagadou… et les jeunes sont toujours reconnaissants envers toutes ces personnes qui pensent à leur avenir. Des initiatives sont en cours pour que ce Réseau obtienne un statut et une reconnaissance officiels.

Publié dans Edition 2013-Togo, Qui sommes-nous ? | 2 commentaires

Intégration africaine et réconciliation

Des jeunes heureux de leur rencontre avec Monsieur CheikH NDIR, le Représentant de l’UEMOA en République de Côte -d’Ivoire

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Avec le Représentant de l’UEMOA en Côte-d’Ivoire : intégration africaine et réconciliation

Dans la salle de Conférence de l'hôtel IVOTEL au Plateau à Abidjan

L’un des moments les plus importants du séjour à Abidjan fut la conférence de Monsieur Cheikh NIR, représentant de l’UEMOA en Côte d’Ivoire. Le thème de sa communication, à notre demande, était le suivant : « Réconciliation et intégration africaine : le rôle de l’UEMOA ». D’après Monsieur NDIR,  « Le rôle majeur que l’UEMOA a joué dans la réconciliation en Côte d’Ivoire a été marqué par l’octroi d’une subvention financière de deux milliards (2.000.000.000) de francs CFA à la Commission Dialogue Vérité Réconciliation (CDVR). Décaissé dès les premiers jours après l’installation de la CDVR, cet appui a servi au démarrage des activités de cette Commission. Selon le Président de la CDVR, cette subvention a non seulement permis à la Commission d’exécuter son programme d’activités, mais elle constitue également la seule ressource obtenue par celle-ci jusqu’à présent. Cet appui a permis à la Commission : – d’organiser des séminaires et des tournées de sensibilisation ; – d’obtenir des témoignages dans les zones reculées ; – de supporter les voyages d’experts spécialistes des questions de réconciliation ». Cette importante conférence a permis aux participants d’ouvrir leurs horizons aux dimensions des réalités de cette grosse Institution qu’est l’UEMOA et son action en faveur de l’intégration et de la réconciliation.

 

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Des moments d’échanges entre chrétiens et musulmans

El Hadj Tangao

Publié dans Accueil | Un commentaire

La visite de l’hôtel des parlementaires sous le signe de la citoyennté

Situé à 230 Km d’Abidjan, l’Hôtel des Parlementaires de Yamoussoukro est un complexe de prestige, offrant une diversité de prestations: l’Hébergement avec 300 chambres de standing, un Room Service, deux Restaurants, un Snack Bar, un Night club, une Piscine, une Salle de Jeux, une Galerie Marchande, une Buanderie-Pressing, un Business Center et une Salle de remise en forme. Les jeunes Burkinabè et togolais ont eu la joie de visiter cet hôtel qui se dresse fièrement sur le sol de Yamoussoukro.

Sur le parvis de l'hôtel des parlementaires

Publié dans Accueil | Un commentaire

Une étape importante du voyage : Yamoussoukro….la Basillique Notre Dame de la paix

Devant la Basilique Notre Dame de la paix

La basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro est l’édifice religieux chrétien le plus grand au monde, dont l’apparence rappelle celle de la basilique Saint-Pierre à Rome. Située à Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire, son emplacement a été choisi par le premier président du pays, Félix Houphouët-Boigny, en 1983. Le livre Guinness des records l’a reconnu en 1989 comme le plus grand édifice religieux chrétien au monde. La Basilique est aujourd’hui encore un lieu fervent de la foi catholique en Afrique.

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

VOYAGE D’INTEGRATION AFRICAINE EN COTE D’IVOIRE SOUS LE SIGNE DE LA RECONCILIATION

Notre bus, propriété de la société "serou Transport"

Voyage d’intégration africaine sous le signe de la réconciliation n° 1

L’aventure  a commencée : celle de la quatrième édition du voyage de l’intégration de la jeunesse africaine ! Parti hier de Sokodé au Togo, le groupe des voyageurs togolais est arrivée ce  vendredi 3 août 2012 à Ouagadougou la capitale du pays des hommes intègres, le Burkina Faso. Le groupe des jeunes burkinabè avait soigneusement préparé le lieu d’accueil avec la complicité des Pères Blancs qui ont gracieusement offert leur centre culturel – interreligieux lui aussi – pour l’hébergement. Le « Pelican », tel est le nom de ce centre situé en plein cœur de ouagadougou au quartier « Paspanga ». Un très bon repas préparé grâce aux soins de Madame Bamogo – la maman de deux des jeunes voyageurs- a été servi immédiatement après l’installation des jeunes togolais. Pour beaucoup, la nuit a été courte et nous voilà repartis depuis 5 h00 du matin en direction de Ferkésedougou (Côte d’Ivoire) notre prochaine grande étape……..

 

Publié dans Accueil, Edition 2012-Côte d'Ivoire | Un commentaire

VOYAGE D’INTEGRATION AFRICAINE : QUATRIEME EDITION

C entre Culturel Saint-Augustin (CCSA)/ Sokodé/TOGO
Réseau de Jeunes pour l’Intégration Africaine (RJIA)
Communauté Assomptionniste de Ouaga/ Ouagadougou – Burkina Faso

Un quatrième voyage, interreligieux, interconfessionnel, interculturel et interethnique.

La proposition en est faite par le Centre Culturel saint-Augustin (CCSA) de Sokodé (Togo) en lien avec la communauté assomptionniste de Ouagadougou (Burkina Faso), à des élèves et étudiants entre 18 et 35 ans. Le CCSA est sous la responsabilité des Assomptionnistes, une congrégation religieuse catholique présente au Togo et au Burkina Faso.

Faire vivre ensemble des jeunes musulmans, des catholiques et des protestants
Nous sommes déjà à la 4ème édition après le Burkina Faso, le Bénin et le Mali. Depuis 2009, nous effectuons des voyages d’intégration africaine avec des jeunes de la région ouest-africaine. En 2009 c’était au Burkina Faso sous le signe de la citoyenneté, en 2010 au Bénin sous le signe du rapprochement des cultures, en 2011 au Mali sous le signe de la renaissance africaine.
L’originalité de cette initiative : rassembler à chaque voyage une cinquantaine de jeunes de plusieurs pays, de plusieurs villes, de plusieurs niveaux de formation et de plusieurs confessions religieuses pour vivre et mener des activités ensemble. Pour les religieux assomptionnistes qui sont à l’origine de cette initiative, la jeunesse constitue une priorité apostolique. Les trois éditions déjà organisées, de l’avis de tous les participants, ont été une grande réussite. Du coup, le Centre culturel saint-Augustin, en lien avec la communauté assomptionniste de Ouaga, s’engage à organiser une quatrième édition de ce type de voyage, cette fois-ci en Côte d’Ivoire pour une dizaine de jours, sous le signe de la réconciliation, dans le même esprit que les trois premiers voyages :

• Donner une chance à l’intégration africaine par la rencontre entre jeunes
• Développer chez les jeunes une culture de la rencontre, du dialogue interreligieux et interconfessionnel, de l’échange entre peuples et entre nations au service de la paix et de la solidarité
• Lutter contre les discriminations fondées sur le sexe, la religion, l’origine nationale et ethnique
• Favoriser le respect des valeurs humaines et spirituelles des peuples sans distinction, mais dans l’égalité et la justice au sein de sociétés multiethniques

Un quatrième voyage sous le signe de la réconciliation

Le choix de l’orientation de notre voyage s’explique par la situation du monde d’aujourd’hui et par la situation de l’Afrique en particulier. Dans plus de 30 pays à travers le monde entier, entre 1974 et 2009, plus d’une trentaine de « Commissions vérité » ont été créées. Ces commissions sont des organismes publics non juridictionnels d’investigation créés afin d’éclaircir une période de violence interne, d’aider les sociétés à affronter de manière critique leur passé, formuler des recommandations et éviter que de tels faits se répètent. Parmi ces Commissions mises en place dans le monde, un grand nombre se trouve en Afrique :
• Afrique du Sud: Commission vérité et réconciliation, 1995
• Ghana: Commission de réconciliation nationale, 2002
• Libéria: Commission vérité et réconciliation, 2005
• Maroc: Instance équité et réconciliation, 2004
• Nigéria: Commission chargée d’enquêter sur les violations des droits humains, 1999
• Ouganda: Commission d’enquête sur la disparition des personnes en Ouganda, 1974; Commission d’enquête sur les violations des droits humains, 1986
• République démocratique du Congo: Commission vérité et réconciliation, 2003
• Sierra Leone: Commission vérité et réconciliation, 2002
• Tchad: Commission d’enquête sur les crimes et détournements commis par l’ex-président Habré et ses coauteurs et/ou complices, 1991
• Burkina Faso, Commission pour la réconciliation nationale, 1999
• Togo : Commission vérité, justice et réconciliation, 2009
• Côte d’Ivoire : Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR)

En novembre 2004 le Pape Jean-Paul II a annoncé son intention de convoquer une Deuxième Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques. Le 22 juin 2005, le Pape Benoît XVI confirme le projet de son prédécesseur en communiquant sa décision de convoquer à Rome la Deuxième Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques. Le thème retenu : «L’Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix: ‘Vous êtes le sel de la terre …Vous êtes la lumière du monde’ (Mt 5, 13.14)». Depuis novembre 2010, nous avons le texte de l’exhortation du Pape qui porte le magnifique titre d’Africae Munus (L’engagement de l’Afrique). Dans ce texte le pape écrit que « le visage de l’évangélisation prend aujourd’hui le nom de réconciliation », une réconciliation indispensable pour instaurer en Afrique des rapports de justice entre les hommes et pour construire une paix équitable et durable. Le pape précise que « nous devons ouvrir réellement les frontières entre tribus, ethnies, religions à l’universalité de l’amour ».
A notre modeste place, nous pensons que la part de la jeunesse africaine sera grande dans le processus de la réconciliation. Une réconciliation qui ne sera pas uniquement économique et politique, mais avant tout humaine à travers la rencontre des peuples. Et c’est là justement que prend sens notre initiative de voyage interreligieux et interculturel sous le signe de l’intégration africaine.

 Sortir de l’esprit ethniciste, nationaliste, fondamentaliste

Nous voulons offrir à la jeunesse africaine la possibilité de participer à la construction d’une Afrique nouvelle par la rencontre humaine à travers le déblocage de l’esprit ethniciste, nationaliste, et fondamentaliste en ce qui concerne notamment le domaine religieux. Nous pensons que pour construire une Afrique réconciliée, nourrie par le dialogue pacifique de ses identités multiples, il nous faut donner aux jeunes l’occasion de la rencontre, du dialogue, de l’échange.
On perçoit donc aisément la pertinence de notre projet :
• sensibiliser les jeunes africains aux vertus de la diversité et du dialogue interculturel et interreligieux sur la base du paradigme d’une humanité plurielle où diversité et dialogue interculturel se renforcent mutuellement,
• travailler à éveiller la conscience des jeunes sur leurs responsabilités dans les questions de réconciliation, de justice et de vérité.

Pour atteindre notre but, nous nous donnons des moyens : le tourisme culturel à travers la découverte d’un pays en processus de réconciliation : la Côte d’Ivoire. Des entretiens avec des personnalités religieuses, politiques ou civiles de la société Ivoirienne, des conférences par des spécialistes des questions d’intégration et des personnalités soucieuses du rapprochement des cultures et des religions nous permettront d’atteindre notre but…. Une telle aventure nécessite des moyens financiers importants et que les jeunes ne peuvent seuls supporter. Pour réussir cette aventure, nous avons besoin de 10 000 euros.
Pouvez-vous apportez un peu de votre aide ? Celle de vos amis ? Merci d’avance !

Père Jean-Paul Sagadou
Ouagadougou/ Burkina Faso/ tél: 00 226 70 88 52 41/yempabou_sagadou@yahoo.fr
Père René Mihigo/ Sokodé/Togo/ tél : 00 228 90 81 92 98 / renemimar@yahoo.fr

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire