CINQUIÈME EDITION DU JOURNAL : 6 août 2013

  1. En route pour Lomé : une journée de voyage
  2. Logement au CERFER : au juste c’est quoi le problème ?
  3. Pascal revoit enfin son Élisa
En route pour Lomé

En route pour Lomé

Téléspectateurs, téléspectatrices, auditeurs, auditrices, Bonjour et bienvenu à la cinquième édition du  journal de la radio audio-visuel de l’intégration émettant depuis le réfectoire du CERFER, moi c’est votre ami de tous les jours  Pascal SAGADOU.

 En route pour Lomé : une journée de voyage

La journée du 07 Aout a été entière consacrée au voyage sur Lomé. C’est aux environs de 9h que nous avons quitté l’OCDI après avoir dit un MERCI, UN BRAVO et un SUPER au Père Piombèque, pardon Père PIONTEK.

La route a été longue pour les participants. Et comme toujours, il fallait prévoir des pauses pipi. C’est l’occasion pour nous de demander à GOZO de Dire merci à Félix pour avoir permis toutes ces pauses.

L’arrêt de ATAKPAME nous a été très bénéfique car il nous a permis de prendre des force mais de prendre aussi une nouvelle participante : Mlle NADEGE KOUNTOM.  Bonne arrivée. Espérons que la guerre ne va pas se déclarer entre elle et Bintou du fait que ZIKOU fait des yeux doux à toutes les deux.

Soulignons aussi que Fouad, dessus par le fait que ZIKOU lui a retiré la place à coté de Nadège, s’est endormie la bouche grandement ouverte à l’arrière du car. Un coup de gueule à ALAKE qui a passé son temps à mettre une banane dans la bouche de ce dormeur comme s’il était un singe.

A notre arrivée à Lomé nous avons quand même été surpris par le nombre incalculable de leurs échangeurs, au tant pour moi, du nombre incalculable de leurs projets de construction d’échangeurs.

Logement au CERFER : au juste c’est quoi le problème ?

La surprise a été encore plus grande lorsque nous avons vu notre site d’hébergement : Hôtel 15 étoiles digne d’une banlieue 13 parisienne, toilettes électroniques, lumière à extinction vocale, ascenseur pouvant contenir tous les participants. Vous comprendrez bien mon désarroi lorsque j’entends certains pleurnicher. Au fait le véritable problème est qu’ils n’ont jamais posé leur tête dans autant de luxe. Néanmoins le maquis situé juste à l’entrée s’offre comme meilleur moyen pour supporter éventuellement les craintes d’aller se coucher. Demandez au général, à Jérémie et à monsieur TEKO, ils ont déjà fait l’expérience en prenant une bonne bière. C’est ça aussi l’intégration, parfois c’est bien, parfois c’est très bien, mais parfois aussi c’est bizarre comme aujourd’hui.

Pascal revoit enfin sa Elisa

No comment !

No comment !

Quatre jours sans Elisa ont été pour monsieur

A la vue de Elisa....

A la vue de Elisa….

SAGADOU comme un calvaire. Mais toute cette souffrance est désormais loin, très loin derrière. Il n’y a plus de jour ni de nuit. La seule exclamation à laquelle il voudrait s’adonner c’est dire haut et fort : Oh temps suspend ton vol. Elisa est là, en chair et en os. Pascal était aux anges. Oh lalala !! Quelle bonheur de la revoir, de la regarder, de la sourire. Eh Élisa mon Élisa!!!!!! Vous comprendrez sa joie débordante les jours qui viendront.

Mesdames et Messieurs c’est la fin de cette édition. Je vous souhaite beaucoup de courage pour la nuit. Mais en attendant prenez soin de vous car chaque jour est une vie et  travaillons à la beauté des choses.

Ce contenu a été publié dans Accueil, Edition 2013-Togo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *