VOYAGE D’INTEGRATION AFRICAINE : QUATRIEME EDITION

C entre Culturel Saint-Augustin (CCSA)/ Sokodé/TOGO
Réseau de Jeunes pour l’Intégration Africaine (RJIA)
Communauté Assomptionniste de Ouaga/ Ouagadougou – Burkina Faso

Un quatrième voyage, interreligieux, interconfessionnel, interculturel et interethnique.

La proposition en est faite par le Centre Culturel saint-Augustin (CCSA) de Sokodé (Togo) en lien avec la communauté assomptionniste de Ouagadougou (Burkina Faso), à des élèves et étudiants entre 18 et 35 ans. Le CCSA est sous la responsabilité des Assomptionnistes, une congrégation religieuse catholique présente au Togo et au Burkina Faso.

Faire vivre ensemble des jeunes musulmans, des catholiques et des protestants
Nous sommes déjà à la 4ème édition après le Burkina Faso, le Bénin et le Mali. Depuis 2009, nous effectuons des voyages d’intégration africaine avec des jeunes de la région ouest-africaine. En 2009 c’était au Burkina Faso sous le signe de la citoyenneté, en 2010 au Bénin sous le signe du rapprochement des cultures, en 2011 au Mali sous le signe de la renaissance africaine.
L’originalité de cette initiative : rassembler à chaque voyage une cinquantaine de jeunes de plusieurs pays, de plusieurs villes, de plusieurs niveaux de formation et de plusieurs confessions religieuses pour vivre et mener des activités ensemble. Pour les religieux assomptionnistes qui sont à l’origine de cette initiative, la jeunesse constitue une priorité apostolique. Les trois éditions déjà organisées, de l’avis de tous les participants, ont été une grande réussite. Du coup, le Centre culturel saint-Augustin, en lien avec la communauté assomptionniste de Ouaga, s’engage à organiser une quatrième édition de ce type de voyage, cette fois-ci en Côte d’Ivoire pour une dizaine de jours, sous le signe de la réconciliation, dans le même esprit que les trois premiers voyages :

• Donner une chance à l’intégration africaine par la rencontre entre jeunes
• Développer chez les jeunes une culture de la rencontre, du dialogue interreligieux et interconfessionnel, de l’échange entre peuples et entre nations au service de la paix et de la solidarité
• Lutter contre les discriminations fondées sur le sexe, la religion, l’origine nationale et ethnique
• Favoriser le respect des valeurs humaines et spirituelles des peuples sans distinction, mais dans l’égalité et la justice au sein de sociétés multiethniques

Un quatrième voyage sous le signe de la réconciliation

Le choix de l’orientation de notre voyage s’explique par la situation du monde d’aujourd’hui et par la situation de l’Afrique en particulier. Dans plus de 30 pays à travers le monde entier, entre 1974 et 2009, plus d’une trentaine de « Commissions vérité » ont été créées. Ces commissions sont des organismes publics non juridictionnels d’investigation créés afin d’éclaircir une période de violence interne, d’aider les sociétés à affronter de manière critique leur passé, formuler des recommandations et éviter que de tels faits se répètent. Parmi ces Commissions mises en place dans le monde, un grand nombre se trouve en Afrique :
• Afrique du Sud: Commission vérité et réconciliation, 1995
• Ghana: Commission de réconciliation nationale, 2002
• Libéria: Commission vérité et réconciliation, 2005
• Maroc: Instance équité et réconciliation, 2004
• Nigéria: Commission chargée d’enquêter sur les violations des droits humains, 1999
• Ouganda: Commission d’enquête sur la disparition des personnes en Ouganda, 1974; Commission d’enquête sur les violations des droits humains, 1986
• République démocratique du Congo: Commission vérité et réconciliation, 2003
• Sierra Leone: Commission vérité et réconciliation, 2002
• Tchad: Commission d’enquête sur les crimes et détournements commis par l’ex-président Habré et ses coauteurs et/ou complices, 1991
• Burkina Faso, Commission pour la réconciliation nationale, 1999
• Togo : Commission vérité, justice et réconciliation, 2009
• Côte d’Ivoire : Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR)

En novembre 2004 le Pape Jean-Paul II a annoncé son intention de convoquer une Deuxième Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques. Le 22 juin 2005, le Pape Benoît XVI confirme le projet de son prédécesseur en communiquant sa décision de convoquer à Rome la Deuxième Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques. Le thème retenu : «L’Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix: ‘Vous êtes le sel de la terre …Vous êtes la lumière du monde’ (Mt 5, 13.14)». Depuis novembre 2010, nous avons le texte de l’exhortation du Pape qui porte le magnifique titre d’Africae Munus (L’engagement de l’Afrique). Dans ce texte le pape écrit que « le visage de l’évangélisation prend aujourd’hui le nom de réconciliation », une réconciliation indispensable pour instaurer en Afrique des rapports de justice entre les hommes et pour construire une paix équitable et durable. Le pape précise que « nous devons ouvrir réellement les frontières entre tribus, ethnies, religions à l’universalité de l’amour ».
A notre modeste place, nous pensons que la part de la jeunesse africaine sera grande dans le processus de la réconciliation. Une réconciliation qui ne sera pas uniquement économique et politique, mais avant tout humaine à travers la rencontre des peuples. Et c’est là justement que prend sens notre initiative de voyage interreligieux et interculturel sous le signe de l’intégration africaine.

 Sortir de l’esprit ethniciste, nationaliste, fondamentaliste

Nous voulons offrir à la jeunesse africaine la possibilité de participer à la construction d’une Afrique nouvelle par la rencontre humaine à travers le déblocage de l’esprit ethniciste, nationaliste, et fondamentaliste en ce qui concerne notamment le domaine religieux. Nous pensons que pour construire une Afrique réconciliée, nourrie par le dialogue pacifique de ses identités multiples, il nous faut donner aux jeunes l’occasion de la rencontre, du dialogue, de l’échange.
On perçoit donc aisément la pertinence de notre projet :
• sensibiliser les jeunes africains aux vertus de la diversité et du dialogue interculturel et interreligieux sur la base du paradigme d’une humanité plurielle où diversité et dialogue interculturel se renforcent mutuellement,
• travailler à éveiller la conscience des jeunes sur leurs responsabilités dans les questions de réconciliation, de justice et de vérité.

Pour atteindre notre but, nous nous donnons des moyens : le tourisme culturel à travers la découverte d’un pays en processus de réconciliation : la Côte d’Ivoire. Des entretiens avec des personnalités religieuses, politiques ou civiles de la société Ivoirienne, des conférences par des spécialistes des questions d’intégration et des personnalités soucieuses du rapprochement des cultures et des religions nous permettront d’atteindre notre but…. Une telle aventure nécessite des moyens financiers importants et que les jeunes ne peuvent seuls supporter. Pour réussir cette aventure, nous avons besoin de 10 000 euros.
Pouvez-vous apportez un peu de votre aide ? Celle de vos amis ? Merci d’avance !

Père Jean-Paul Sagadou
Ouagadougou/ Burkina Faso/ tél: 00 226 70 88 52 41/yempabou_sagadou@yahoo.fr
Père René Mihigo/ Sokodé/Togo/ tél : 00 228 90 81 92 98 / renemimar@yahoo.fr

Ce contenu a été publié dans Accueil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *